• Le jeune et la lune

     

     

    Un
    jour la lune frappa à la porte d'un jeune homme, ni beau, ni laid, qui boitait
    légèrement du pied droit, et qui pour cela se plaignait beaucoup de sa
    malchance. Elle dit: "j'ai froid, laisse-moi rester ici, dans un petit
    coin à me réchauffer; je ne te dérangerai pas, et je peux te rendre service
    aussi. Un dieu m'a donné le pouvoir de réaliser les rêves des autres. Dis-moi
    ce que tu désires le plus dans ta vie, et moi je le réaliserai. Mais réfléchis
    bien à ce que tu veux, car je n'ai ce pouvoir qu'une seule fois pour la même
    personne, et après je ne pourrais rien pour toi, si jamais tu changeais
    d'avis." "Tu peux rester ici, et demain je te dirai ce que je
    veux." Fit le jeune homme. La lune choisit un petit coin sombre, elle s'y installa,
    et y passa la nuit. Le lendemain le jeune homme la réveilla très tôt, pour lui
    rappeler sa promesse. Elle, les yeux encore à moitié fermés par le sommeil,
    dit: "J'aurais bien aimé que tu me laisse reposer encore un peu, mais je
    tiendrai ma promesse. Alors, que veux-tu?"

    "Je veux que ma jambe ne boite plus, et je veux que tu me transforme dans le plus
    beau jeune homme du pays." Dit-il.
    "C'est tout?" fit la lune.
    "Tu seras heureux ainsi?".
    "sûrement, oui." dit-il.
    "Très bien alors. Mais sache que ce que tu deviendras sera à jamais, et
    personne ne pourras plus le changer."
    " C'est bien ce que je
    veux." dit-il.
    La lune passa gentiment à côté du jeune homme et en sortant
    elle dit: "regarde-toi, tu ne boites plus et t'es très beau. Adieu, et
    bonne chance."
    Il alla vite se regarder au miroir et vit que son aspect
    avait changé tout en restant le même. Il ne boitait plus, sa figure qui ne
    ressemblait à rien auparavant, était maintenant très belle. Il s'en alla, ravi.
    Il commença à voyager, de ville en ville, de pays en pays, toutes les filles
    tombaient amoureuses de lui, mais lui, il n'aimait personne. Il se disait "
    je suis trop beau pour aimer une fille quelconque", et comme ça il
    finissait par être toujours seul.
    Les années passèrent et il se fit vieux très
    vite, et la vieillesse qui avait fait évanouir sa beauté, le rendit triste.
    Une nuit, la lune frappa à nouveau à sa porte; lui, très étonné, la
    fit aussitôt rentrer, heureux de la revoir.
    Elle lui dit:" j'ai froid,
    laisse moi rester ici à me réchauffer un peu, bien que je ne puisse rien te
    donner en échange."
    "Comment se fait-il que tu es toujours aussi
    belle, comme si le temps n'était pas passé, et moi j'ai vieilli si vite? Rien
    ne reste de ma beauté, ton cadeau s'est vite évanoui. Pourquoi?" fit le vieux.
    "Tu
    vois, moi je n'ai changé que ton aspect, mais ton cœur est resté dur et égoïste
    comme alors, quand tu n'as pas eu pitié de moi, et tu m'as chassé au petit
    matin, et tu ne pensais qu'à ta récompense. Tu n'as pas fait bon usage de ce
    que je t'ai donné. Tu n'as pas aimé; tu t'attendais toujours une contrepartie,
    alors que moi je donnais sans rien attendre. Tu as laissé passer la meilleure
    chance de ta vie. Ta beauté ne s'est pas nourrie de l'amour, voilà pourquoi
    t'as vieilli si vite." Et le vieux: "je veux retourner à ce jour-là,
    je veux tout changer, j'ai appris ma leçon, je serais différent
    maintenant."
    "je suis désolée, mais tu te souviens, je t'avais dit
    que cela serait impossible. On ne peut pas revenir à l'arrière. Maintenant, tu
    me chasseras, peut-être, par ce que je ne peux rien pour toi?"

    "Non", fit-il "reste, ça me fait plaisir."
    Elle alla se
    coucher dans un petit coin; il se mit à regarder par la fenêtre la nuit sombre
    et sans étoiles, et il pleura.



     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 17 Novembre 2006 à 13:02
    c'est magnifique !
    j'aime beaucoup cette histoire ; il est bien trop superficiel dans son choix ce jeune homme, parce que les gens qui nous aiment malgré nos défauts, c'est qu'ils nous aiment vraiment. Et ça, ça n'a pas de prix... (et puis le sommeil, c'est sacré, on ne réveille pas les gens au petit matin, même si c'est la lune :) !!!
    2
    Vendredi 17 Novembre 2006 à 13:10
    Un vrai conte !
    simple, beau et efficace. J'ai compris la leçon, on ne m'y prendra pas si la lune passe chez moi !Bacioni ;-)
    3
    Vendredi 17 Novembre 2006 à 13:38
    La lune
    Merci.
    4
    Vendredi 17 Novembre 2006 à 14:04
    merci gat!
    ah oui, le sommeil c'est sacré! :-p
    5
    Vendredi 17 Novembre 2006 à 14:04
    voilà french!
    si ce soir tu entends frapper à ta porte, tu sauras comme te tenir... :-D bacioni!
    6
    Vendredi 17 Novembre 2006 à 14:05
    ciao marty!
    je te sens songeux!
    7
    Vendredi 17 Novembre 2006 à 14:46
    Bonjour Barbara
    Tellement vrai cette Histoire.... Profiter est souvent le propre de "l'homme" mais in fine, comme disait Pierre Corneille: "Il n'est point d'âme si cruelle qui, tôt ou tard, ne se rende à l'Amour". Le principal est qu'il ne soit pas trop tard. Bonne journée à toi
    8
    Lundi 20 Novembre 2006 à 09:13
    Et bien moi ,
    je veux juste vous dire que je vous trouve trés "mimi" sur vos clichés ...Ce qui n'enlève ien à la qualité de vos textes ...))
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :